Le conseil municipal de Najac pour « un moratoire » sur la 5G

Les élus ont voté mardi, à une large majorité, un vœu en ce sens. Seuls trois conseillers d’opposition ont voté contre. Sans expliquer pourquoi. Au-delà de la technologie de téléphonie mobile, le débat peut-être élargi à la question du progrès que nous voulons, comme le souligne le député-journaliste François Ruffin.

Le pylône de Puech Moutonnier le 16 avril 2021 (photo : Najac infos)

« Les techniques modèlent nos sociétés, des transports à la culture, de l’alimentation à nos paysages, toute notre vie, tous nos modes de vie, en sont bouleversés. Et pourtant, quand sont-elles débattues collectivement ? Quand font-elles l’objet de discussions publiques, polémiques, conflictuelles si besoin ? Quand passent-elles au filtre de la démocratie ? Jamais. »

Free prévoit d’installer la 5G sur la commune
Cette réflexion de François Ruffin, journaliste et député (Picardie debout), est issue de son dernier livre : Leur progrès et le nôtre – De Prométhée à la 5G (1). Elle a été parfaitement illustrée mardi en conseil municipal de Najac. En effet, une motion demandant « un moratoire sur l’implantation des infrastructures de réseau 5G » était à l’ordre du jour. Elle faisait suite à un courrier de l’opérateur Free, reçu par la commune « début décembre », « qui prévoit d’installer la 5G sur une antenne existante de la commune ».

Il n’a pas été précisé, en conseil, sa localisation. Deux sites existent sur la commune : Le Puech Moutonnier (tout près du stade) et La Lantayrie. En regardant la carte de l’Agence nationale des fréquences, on constate qu’il s’agit du site de La Lantayrie car seul Orange est présent au Puech Moutonnier (2). Le texte a été présenté par Natacha Clouzet (majorité), une brève question de Mathieu Laroussinie (opposition) sur « la position des autres communes sur la 5G » et on est passé au vote. Le tout expédié en moins de 5 minutes (voir le passage du conseil ici, vers 2h19).

« Pas de discussions publiques »
Pourtant un désaccord existait puisque trois conseillers d’opposition ont voté contre la motion : Mathieu Laroussinie, Rémi Mazières et Claude Rabayrol. Mais ils n’ont pas expliqué, en conseil, les raisons de leur vote. Donc, pour l’instant, à Najac comme ailleurs, « pas de discussions publiques » ni de « polémiques, conflictuelles si besoin ».

On ne saura donc pas sur quels aspects de la motion portent le désaccord des élus. Est-ce cette partie ? « La technologie 5G est conçue pour permettre des débits jusqu’à 10 fois supérieurs à la 4G sur les smartphones mais son déploiement en France aboutira très probablement à un effet rebond par la hausse de la consommation de données et d’usage des télécommunications, notamment au travers des objets connectés. Ce qui devrait entraîner une très forte consommation d’énergie et conduire à une augmentation inévitable des émissions de gaz à effet de serre et de la masse de déchets électriques et électroniques. » Est-ce sur l’application d’un moratoire par le gouvernement ? Sur le territoire de la commune de Najac ? On ne sait pas.

Convention citoyenne pour le climat
Le débat aurait pu également porter sur le respect des préconisations de la Convention citoyenne sur le climat, composée de 150 citoyens tirés au sort, qui s’est exprimé à 98 % pour un moratoire sur la 5G (ici p94). Le débat aurait pu encore, comme le fait François Ruffin dans son livre, s’élargir à la notion de progrès, à celui que nous voulons et pourquoi nous le voulons.

On aurait pu discuter des « grands » acteurs du numérique cités dans le livre de François Ruffin. Bill Gates, PDG de Microsoft : « Nous n’avons pas de téléphone à table lorsque nous prenons nos repas. Nous n’avons pas donné de portable à nos enfants avant leurs 14 ans, même quand ils se plaignaient que des camarades en aient déjà. »

« Nous limitons la technologie que nos enfants
ont le droit d’utiliser à la maison »
(Steve Jobs, fondateur d’Apple)

« Steve Jobs : « Alors, vos enfants doivent adorer l’iPad ? » l’interrogeait un journaliste. Que le fondateur d’Apple surprit : « Ils ne l’ont pas utilisé. Nous limitons la technologie que nos enfants ont le droit d’utiliser à la maison. » Et son biographe de raconter : « Chaque soir, Steve insistait pour dîner sur la longue table dans leur cuisine, pour discuter de livres et d’histoire. Jamais personne ne sortait un iPad ou un ordinateur. Les enfants n’avaient pas l’air accros à ces appareils. » »

« Chamath Palihapitiya, un ancien cadre de Facebook, défend à ses enfants de toucher à « cette merde ». D’après lui, les réseaux sociaux « sapent les fondamentaux du comportement des gens. Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social », juge-t-il, faisant part de « son immense culpabilité ». »

« Trafiquants de cocaïne »
Commentaires de François Ruffin : « Eux font penser à des trafiquants de cocaïne : on en vend, on en vit, mais pas de ça dans ma famille ! » Ou encore : « Ils échappent, ou essaient d’échapper, au monde qu’ils fabriquent. »

Sans surprise, le député n’est pas non plus tendre avec Emmanuel Macron, l’incarnation de « leur progrès » : « C’est la chose qui m’effraie le plus, chez lui : il veut des hommes et des femmes qui « fonctionnent », sans perdre de temps, qui est de l’argent.
Alors que l’Humanité, c’est quoi ? C’est de la tendresse, de la colère, de l’espoir, de la perte de temps et du dysfonctionnement. C’est la beauté du grain de sable.
Alors que la Démocratie, c’est quoi ? C’est du bordel aussi, des colères, des espoirs, de la perte de temps et du dysfonctionnement. Ces nuisances, ces aspérités, les new techs vont les lisser, les éloigner avec de la « gouvernance » à distance, nous diriger toujours plus comme des statistiques. »

« Elle se fera parce que »
Et plus spécifiquement, « sur la 5G – puisque tel est notre cas d’école –, que répond le pouvoir ? Rien.
C’est le silence.
Elle se fera parce qu’elle doit se faire.
Parce que c’est la concurrence.
Parce que c’est la course.
Parce que c’est l’innovation.
Elle se fera parce que. »

Ou encore : « Quelle réponse à cet absurde qu’on pressent, à ce sens perdu, c’est donc ça, pour vous, le progrès ? de diminuer d’une fraction de seconde les « temps de latence » ? Progrès minable, progrès insignifiant, quand tout, tout, tout reste à faire, pour les hommes, pour les femmes, pour les animaux, pour une planète vivable ?

« Est-ce le bonheur au bout qui est recherché ? »
Quelle réponse sur la fin, sur le but poursuivi, à quoi nous mène cette « course », ce « retard » à ne pas prendre, cette « accélération » à toujours accélérer ? Est-ce le bonheur au bout qui est recherché, le bien commun ? Ou au contraire, est-ce une course folle, à la folie, qui nous conduit au néant, à notre anéantissement ? »

Certains parlent d’attractivité pour Najac, de télémédecine, de télétravail. On pourrait leur opposer cette autre phrase du livre : « Quand on n’a qu’un marteau, dit le proverbe, on voit tous les problèmes sous forme de clous. Quand on est la start-up Nation, on voit toutes les solutions sous forme de « numérique ». »

La technologie est loin d’être absente de Najac
Il manque des médecins ? Faisons de la télémédecine. Najac n’est pas assez attractif ? Son attractivité passera par « la technologie ». Najac n’a pas assez d’emplois ? Faisons du télétravail. Et si on cherchait à augmenter le nombre de médecins ? Et si l’attractivité et l’emploi passait par l’humain plutôt que par la technologie ? Sans compter que la technologie est loin d’être absente de Najac : 4G, DSL (98 % des foyers couverts, 31 % en vDSL (très haut débit), ici), bientôt la fibre optique (voir ici).

Alors que faire ?  François Ruffin : « Prendre le temps, retrouver le temps, se donner le temps : c’est l’autre fil du progrès qu’il nous faut renouer. Nous devons sortir nos vies, des parcelles de nos vies, d’une emprise de la marchandise, à fabriquer, à acheter. C’est un impératif écologique, mais aussi humaniste : le tourbillon du « Produire plus, pour consommer plus, pour produire plus, pour consommer plus » mène les hommes à l’usure, et la planète droit dans le mur. »

« Se donner le temps ». Sous la forme d’un moratoire ?

[Mise à jour le 17 avril à 15h45 : avec la localisation de l’antenne Free concernée, l’information sur l’antenne de La Fouillade et le changement de lien vers le site de cartographie des antennes (ANFR au lieu de antennesmobiles.fr).]

Lire aussi : Bill Gates, Steve Jobs… Quand les patrons de la Silicon Valley interdisent les écrans à leurs enfants

____________
(1) Seuil, avril 2021, 176 pages, 12 €. Plus de détails sur le livre ici. On peut aussi voir sa vidéo consacré au livre. En particulier la partie savoureuse consacrée au discours d’Emmanuel Macron du 14 septembre 2020, prononcé devant les « acteurs du numériques ».
(2) Plus d’informations sur les antennes, leurs localisations, les opérateurs, etc. : ici. À noter que l’antenne Free de La Fouillade est également passé en 5G selon les informations de la carte.

2 réflexions sur « Le conseil municipal de Najac pour « un moratoire » sur la 5G »

  1. Merci Jaco pour cet article très complet. N’étant pas spécialiste de santé publique, je n’ai pas d’avis tranché concernant l’impact de la 5G sur la santé. L’impact sur la consommation d’énergie et de matières premières me semble mieux démontré, et suffisant à lui seul pour s’opposer au déploiement. Enfin, les aspects non-démocratiques sont scandaleux.

    Un autre impact rarement évoqué est la perturbation des observations satellitaires de vapeur d’eau, indispensables pour les prévisions météorologiques. Pour le coup, je connais un peu mieux le sujet. Le problème ne se pose pas avec la « première tranche » de la 5G, qui n’est qu’une extension de la 4G autour de 3,8GHz, mais pour la « deuxième tranche » qui émettra à 26GHz. Or, la vapeur d’eau émet naturellement à 23,8 GHz, et les émissions de la 5G risquent de « baver » jusque là. Des prévisions réalisées sans utiliser les observations de vapeur d’eau montrent une dégradation de qualité de l’ordre de 30%… Si cela arrive, c’est vraiment le drame pour la prévision météo.

    Sources :
    – pour les néophytes : https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/meteo/5g-et-meteo-l-avertissement-des-specialistes-europeens-de-l-atmosphere_140155
    – pour les motivés (en anglais) : https://www.ecmwf.int/en/about/media-centre/news/2019/ecmwf-statement-outcomes-itu-wrc-2019-conference et https://www.nature.com/articles/d41586-019-03609-x

Les commentaires sont fermés.